Cigarettes électroniques pas vraiment sans risque

 

Cigarettes électroniques pas vraiment sans risque, selon une récente étude grecque, les cigarettes électroniques causent une résistance immédiate des voies aériennes.

Cigarettes électroniques pas vraiment sans risque

Cigarettes électroniques pas vraiment sans risque

Selon les chercheurs, les effets à très court terme seraient même manifestes. Les cigarettes électroniques sont présentées comme étant une alternative aux cigarettes classiques.

Il s’agit d’un tube en plastique diffusant de la vapeur et équipé d’une diode rouge et qui pourrait potentiellement aider à arrêter la consommation de tabac.
Toutefois, une étude réalisée par l’équipe de l’Université d’Athènes indique que ces cigarettes, bien que factices, causent de sérieux dommages aux poumons.

En effet, comme le rapporte Le Figaro, « si elles ne contiennent pas de tabac ni de goudron, les e-cigarettes comportent tout de même des solvants variés (comme le propylène de glycol) et parfois de la nicotine ».

C’est d’ailleurs à ce titre que la Société européenne des maladies respiratoires a d’ores et déjà déconseillé l’utilisation de ces cigarettes électroniques, certains produits étant cancérigènes et d’autres toxiques.
Mais ce ne serait pas le seul risque du dispositif puisque selon les travaux présentés au congrès annuel de la société européenne des maladies respiratoires, la cigarette électronique causerait aussi une augmentation immédiate de la résistance des voies aériennes.
Ces résultats ont été démontrés auprès de 32 participants (huit non-fumeurs et 24 fumeurs) qui, après dix minutes d’utilisation, ont tous présenté cette augmentation. Elle allait jusqu’à 206% chez les non-fumeurs et jusqu’à 220% chez les fumeurs habituels.

Nous ne savons pas encore si les cigarettes électroniques sont plus sécuritaires que les cigarettes normales, malgré les allégations de moindre nuisibilité.

Mais ces résultats suggèrent que ces dispositifs pourraient être dangereux. L’augmentation immédiate de la résistance des voies aériennes suggère un préjudice immédiat après utilisation, souligne ainsi Christina Gratziou, co-auteure de l’étude.
Concrètement, l’air pénètre plus difficilement dans les poumons ce qui présente notamment un risque pour les asthmatiques.

cigarette-electronique-puissante

cigarette-electronique-puissante

Un risque de dépendance toujours présent Aujourd’hui, il existe deux types de cigarettes électroniques.

Les premières peuvent contenir une quantité de nicotine supérieure ou égale à 10 mg. Elles répondent alors à la réglementation du médicament et disposent du label CE.
Les secondes, qui contiennent moins de 10 mg de nicotine répondent simplement à l’obligation générale de sécurité conformément aux dispositions du code de la consommation.
Toutefois, Florence Lepagnol, en charge de la coordination des vigilances à l’Agence national de sécurité du médicament (ANSM) explique au Figaro que « les solutions de recharge “e-liquides” sont très concentrées en nicotine, qui peuvent être dangereuses si elles tombent entre les mains d’un enfant ».

Dans ce contexte, l’agence pose aussi la question de la dépendance et affirme que « comme pour la cigarette classique, consommer des cigarettes électroniques peut induire une dépendance, quelle que soit la quantité de nicotine présente ».

Si les cigarettes électroniques sont évidemment moins nocives que les classiques, du fait de l’absence de nombreuses substances, l’ANSM a donc elle aussi choisi de déconseiller leur usage.
Nous n’avons pas eu de signalements concernant des complications liées à ce produit. Mais c’est justement parce que nous ne le connaissons pas que nous le déconseillons, écrit-elle ainsi.

Source : maxisciences.com

Partenaire V.I.P
Fondation contre le cancer Relais pour la vie tabacstop

BPCO-FORUM

.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *