Anévrisme ou anévrysme cérébral

Anévrisme cérébral, dilatation anormale d’une artère.

 

Anévrisme cérébral est une dilatation anormale de la paroi d’une artère du cerveau. Le risque majeur est la rupture.

Anévrisme cérébral dilatation artère du cerveaujpg

Anévrisme cérébral dilatation artère du cerveaujpg

CE QU’IL FAUT SAVOIR

Le point de départ est généralement congénital. Mais certains anévrismes peuvent se former au cours de la vie, en particulier à cause de l’athérosclérose.

D’autres maladies comme l’hypertension artérielle ou les suites d’un traumatisme crânien peuvent être à l’origine de cette dilatation.
On rencontre plus volontiers des anévrismes chez les personnes porteuses d’une polykystose rénale , ou d’un syndrome de Marfan.
La dilatation anormale de l’artère rend sa paroi plus vulnérable à la pression du sang. Sa paroi va peu à peu s’amincir et accroître la dilatation. On parle d’anévrisme non rompu.
Il va donner des signes peu spécifiques. Mais bien souvent ils ne donnent aucun symptôme, et sont découverts par hasard lors d’un examen radiologique (scanner ou IRM.
Avec les années, la paroi de l’artère où est localisé l’anévrisme va s’amincir au point de se rompre. Cela provoque une hémorragie cérébrale ou une hémorragie méningée.

LES SIGNES

De l’anévrisme non rompu :

Maux de tête localisés
Douleurs autour des yeux
Paralysie de certains nerfs crâniens entrainant une vision double ou une pupille dilatée.

De l’anévrisme rompu

Ils dépendent de l’importance de l’hémorragie.

Mal de tête intense, brutal, ressenti comme un « coup de tonnerre » ou une explosion dans la tête. Ce mal de tête a souvent été précédé quelques jours avant par des maux de tête inhabituels.
Il est accompagnée d’une perte de conscience brève, avec nausées, vomissements et gêne à la lumière.
Lorsque l’hémorragie est localisée aux méninges, il peut provoquer une raideur de la nuque.
Lorsque l’hémorragie est massive, le risque est le passage dans le coma.

LES FACTEURS DE RISQUE

Ils interviennent en tant que facteur aggravant d’une lésion existante ou qui s’est développée sur des années.

Ce sont :

Le tabac
L’élévation soudaine de la pression à l’occasion d’un stress , d’un orgasme, d’un exercice physique intense).
La consommation excessive d’alcool .
La prise de contraceptifs oraux
L’âge et le sexe semblent également être des facteurs de risques puisque les anévrismes sont plus fréquents entre l’âge de 35-60 ans et touchent surtout les femmes (3 femmes pour 2 hommes)

LE DIAGNOSTIC

Il est porté grâce :

  • Au scanner
  • A l’angiographie cérébrale
  • A la ponction lombaire
  • A l’IRM

LE TRAITEMENT

En cas d’anévrisme non rompu, le traitement consiste à éviter l’hémorragie en diminuant les facteurs de risque (tabac, alcool, stress, effort…)
Lorsque l’anévrisme est rompu, le traitement est une véritable urgence afin de limiter l’hémorragie de traiter l’anévrisme.
Le traitement chirurgical consiste à poser un clip sur l’anévrisme pour interrompre la circulation à son niveau.
Il est aussi possible de remplir l’anévrisme avec une spire métallique de platine. L’anévrisme est alors complètement bouché.

PRONOSTIC

Tout dépendra de l’importance de l’hémorragie et de sa localisation, mais aussi de la rapidité de la prise en charge.

Source : docteurclic.com

Partenaire V.I.P
LE SouHk . Fondation contre le cancer . Une ballade littéraire mêlée à une balade photographique

bpco-info tous sur l'asthme et la bpco

.